Hugo TSR de retour avec un projet ambitieux et réussi

publié le dans
Hugo TSR de retour avec un projet ambitieux et réussi

Après une absence de près de deux ans depuis la parution de son dernier album Une vie et quelques, Hugo TSR est revenu ce vendredi 8 décembre sur le devant de la scène avec la sortie de son projet Jeudi.

Alors que le rappeur parisien affirmait il y a plus de dix ans : “Ce projet c’est un album, pas une compil’, faut l’écouter cul sec” dans Point Final (Fenêtre Sur Rue), il s’agit cette fois d’un EP, mais c’est pourtant d’autant plus vrai. 

Jeudi est court, ne durant que 19 minutes, et ne comptant que 9 morceaux, dont 3 sans paroles et 3 featurings (Loko, Jazzy Bazz et Sofiane Pamart), mais raconte une histoire. Les morceaux se suivent, sont inséparables les uns des autres.

Cette histoire, c’est celle d’un cheminot, incarné par le rappeur, dont le projet se contente de narrer la journée (un “jeudi”) chronologiquement. Hugo TSR se fait, au cours de cet EP, le porte-voix du “travailleur lambda”, de ceux qui sont nombreux, mais à qui on ne donne jamais la parole, tout simplement des masses. C’est un véritable choix artistique, réussi, pourtant loin d’être banal, et qu’il est nécessaire d’écouter et de réécouter d’une traite. 

Un projet chronologique

Tout d’abord, dans une aspiration réaliste, le projet est chronologique, et accompagne la journée d’un conducteur de train (ou de métro). Hugo TSR ne délaisse pas, tout au long de l’EP, le rôle qu’il incarne à la perfection. C’est une véritable mise en scène, une pièce de théâtre qui se joue dans nos oreilles. 

C’est ainsi que le projet débute avec une intro dynamique, sans paroles, sonnant comme un générique de film ou de série, avec, en fond, des bruits de passages de trains.

S’enchaîne ensuite le titre Jeudi, éponyme du projet, où Hugo raconte le réveil du cheminot : “pas besoin d’volets, si j’vois le soleil, c’est qu’j’suis en r’tard”. Il y évoque ensuite la matinée du travailleur, et son trajet jusqu’au dépôt, en ne manquant pas d’évoquer le coût exorbitant du carburant : “J’m’arrête à la station, j’regarde les prix, j’déraille”. 

Fidèle à lui-même, il enchaîne sur un vers très engagé : “J’allume le poste, j’écoute le journal de la nuit : réchauffement, armement … Là c’est radio-apocalypse. L’argent du peuple est siphonné, ils font des tours de magie. C’est les élections, les candidats ont des discours d’nazis.” 

Le morceau suivant, Cockpit, narre le début de la journée de travail du personnage et la montée dans le train : “Aux commandes d’un sous-marin, mais sans les torpilles”. Ensuite, Les Rails, sans paroles, est marqué par un rythme régulier, qui accélère peu à peu et n’est pas sans rappeler le démarrage d’un train.

Le rappeur fait ensuite appel aux différentes couches sociales que l’on peut croiser dans un train, par le biais du morceau Valises. Le cheminot qu’il interprète identifie le profil social de ses usagers en fonction de ce à quoi ressemblent leurs bagages : “Montre-moi tes bagages, j’te dirai qui tu es.”

Au-delà de la chronologie de l’histoire, Hugo TSR a souhaité limiter les apparitions des autres artistes à des figurants dans le quotidien du personnage principal, comme pour marquer le réalisme du projet. Ainsi, dans Mise à l’amende, Loko, avec qui il avait déjà collaboré, joue le rôle d’un contrôleur ferroviaire. 

S’enchaîne dès lors un débat en passe-passe entre les deux rappeurs : “Lui c’est sûr, il volera pas sa paye aux riches” ou encore “J’ai l’impression qu’il y prend goût c’est alarmant / Non, j’fais pas ça par plaisir, j’rembourse mon crédit à la banque”. On précisera également qu’Hugo TSR prend position au cours du morceau pour la gratuité des transports : “Faites les billets gratuits”.

Dans Gare fantôme, l’avant-dernier son du projet, Jazzy Bazz interprète un usager, “Ivan” (vrai nom du rappeur), que connaît vaguement le cheminot. Celui-là s’installe dans la cabine, et s’ensuit alors une discussion, dont le passe-passe est tout aussi phénoménal, entre les deux rappeurs. 

Le travail comme fil de route de l’EP

Hugo TSR a choisi pour ce projet de suivre chronologiquement le quotidien d’un travailleur. Cela lui permet d’aborder différents thèmes peu exploités par le rap français, comme les conditions de travail, notamment dans Cockpit : “une grisaille viscérale, vie sociale misérable”. La précarité de l’emploi est également évoquée par le contrôleur (Loko) dans Mise à l’amende : “J’suis dans l’système comme un code-barre, sous prétexte que l’intérim paie.”

Un morceau entier, Tourbillon, est consacré à la peur du licenciement. Ce son est le fruit d’une grosse prise de position sociale du rappeur. Il y évoque aussi l’importance du travail comme sphère de construction sociale des individus, d’épanouissement malgré la complexité et la sous-rémunération des tâches : “Mon travail c’est mon identité, comme ça qu’j’existe.”

Gare fantôme aborde quant à lui le thème de la santé mentale du travailleur, et Ivan (Jazzy Bazz) exhorte au cheminot d’abandonner sa routine : “T’as respecté les règles, la société t’a rien rendu”, avant d’avoir un accident qui clôture le morceau et dont le dernier son de l’ EP, laisse présager le pire. L’outro voit le piano de Sofiane Pamart advenir sur fond de gyrophares et de mouvement de foule, comme si le cheminot avait finalement trouvé la paix au milieu du chaos.

Cet EP marque un retour réussi du rappeur. Hugo TSR assume sa prise de risque artistique, liée au traitement exclusif de la question du travail. L’engagement du rappeur, bien qu’il puisse paraître moins virulent qu’il a pu l’être par le passé, ne l’a pourtant jamais autant été dans la forme choisie. 

Le rappeur place des mots sur le quotidien vécu par les travailleurs, et ça tombe à pique, deux mois à peine après la suppression effective du régime spécial de la RATP, fragilisant davantage encore le statut des agents…


Édition hebdomadaire

Mêmes rubriques