2023 : l’année du rugby français ?

publié le dans
Cover Image for 2023 : l’année du rugby français ?

Tout va bien pour le rugby français ! Ou presque… Parce que l’année 2023 est l’année de tous les défis pour le rugby français. 

Une équipe française championne d’Europe (le Stade rochelais), le XV de France masculin invaincu sur la dernière année civile. Le XV féminin a, dans l’indifférence générale, terminé sa coupe du monde à la troisième place malgré un contexte compliqué après le changement de staff. 

Ce XV de France féminin devrait devenir la deuxième meilleure équipe du monde en gérant un changement de génération et un nouvel encadrement.

Le XV de France masculin devrait lui aussi confirmer après avoir gagné le grand chelem, une première depuis 2010. 

L’équipe aborde l’année avec un grand plein de confiance. L’objectif de ce début d’année et du tournoi des 6 nations qui démarre le 5 février prochain est de garder cette confiance et si possible continuer d’insinuer le doute chez nos meilleurs ennemis anglais qui viennent de changer de sélectionneur. 

La prestation à Dublin contre un concurrent direct au sacre mondial sera déjà un bon test pour évaluer le niveau de forme de notre équipe. 

Un défi politique

Mais le défi que doit relever le rugby n’est pas au niveau sportif, mais bien au niveau des institutions et de sa direction. 

Après une fin d’année catastrophique, avec la condamnation de son président Bernard Laporte (un nouveau jugement est attendu suite à l’appel de Bernard Laporte), sa mise en retrait et le licenciement du directeur général de la coupe du monde 2023 Claude Atcher, les institutions du rugby ont besoin de sérénité pour faire de la coupe du monde en France une réussite. 

Le monde du rugby se déchire entre les soutiens du président déchu et ceux de son premier opposant Florian Grill. Une consultation auprès des clubs est en cours (du 23 au 25 janvier) pour savoir si un président délégué doit être nommé. 

De grands noms du rugby s’engagent comme l’ASM Clermont Auvergne qui réclame de nouvelles élections pour repartir sur base saine. 

Le rugby français doit faire table rase des années Laporte, marquées par la suspicion et les affaires, et se doter démocratiquement d’une nouvelle direction pour relever les défis de l’organisation d’un événement comme la Coupe du monde.

Mais cette coupe du monde à moins d’an des JO de Paris doit également montrer que la capitale et les forces de l’ordre sont capables de gérer un événement public de cette ampleur. Chose qui n’est pas garantie après le fiasco de la finale de Champions Leagues.

L’année 2023 est donc charnière pour le rugby français : la Fédération doit se relever des affaires qui s’amoncèlent ; l’organisation de la coupe du monde doit permettre au monde amateur de prouver que le rugby est une fête. Enfin, sportivement, la France doit passer le cap et devenir pour la première fois de son histoire championne du monde de Rugby.